L'agence d'artistes
JACQUES

Il fait des images au scanner, des images plates, des photos sans profondeur de champs. Il utilise la vitre d’une machine banale comme  plan de composition. Et ce sont des images toutes sages, elles sont sages comme des images. Elles se veulent décoratives, elles cherchent à plaire, à séduire. Elles n’ont pas peur des contrastes, des jeux de couleurs. Elles se font tantôt chatoyantes, tantôt monochromes. Mais elles sont toujours sans sujet, hors sujet.
Le sujet se fait fantomatique pour se fondre dans le fond et l’image devenue abstraite n’est plus que plissé, matière, effet de lumière.

Ou alors le sujet se fait nature morte et son réalisme excessif n’est plus que fictif.
La pomme n’est jamais une pomme mais un centre, axe de balance, à moins qu’elle ne soit évocation du mythe d’Adam. Le sujet n’arrête pas de fuir, il est point de fuite.

Bref, il ne témoigne de rien, et ne montre rien. Il reste un incorrigible idéaliste et se borne à faire des images.

SES COMPOSITIONS